Symphonie et Renoir
Chroniques de la construction d'un paquebot sur les bords de la Meuse.

[ Publication précédente | Index des 14 épisodes | Publication suivante ]

25 août 1998

La proue du Renoir au 25 aout 1998
Le bateau est presque prêt pour son départ.


Bruno Hochard,
le futur capitaine du Renoir

Capitaine Bruno Hochard

Bruno Hochard est un jeune capitaine de 39 ans. Cela fait six mois qu'il a sa licence de commandement pour bateaux de croisière, mais il navigue depuis bien plus longtemps. Il était capitaine sur les gros pousseurs de 180 mètres qui remontent la Seine. Comme il le dit lui-même, il connait le fleuve par coeur.
C'est là, qu'il a vécu, issu d'une famille où l'on est marinier de père en fils. Depuis trois générations, les Hochard parcourent le bassin du Nord, la Hollande et la Belgique, au départ avec des péniches tirées par des chevaux. Bruno Hochard quant à lui, se souvient encore des petits tracteurs électriques qui halaient les navires le long de la Seine.
B. Hochard a Pointe-NoireLe capitaine Hochard ne s'est pas toujours contenté de sa Seine, il a également parcouru le monde : Indonésie, Singapour, Bornéo et l'Afrique où il a travaillé sur les plateformes Offshore en tant que responsable de barge.

Il trouve que le Renoir est une belle réalisation, avec une ligne esthétique.
- "Il sera beau, quand il sera sur l'eau".
Pour permettre aux passagers de continuer à admirer le paysage lorsque l'on passe sous des ponts très bas, on a élargi le bateau pour créer deux coursives latérales. Cela donne au navire une largeur de 11 mètres 15. Il devra passer par des écluses de 12 mètres. Or, il ne restera que 40 cm de chaque côté... Mais cela ne fait pas peur au capitaine Hochard.
Le poste de pilotage - "Ca se manoeuvre comme des jouets. Sur la Seine, ça ne pose pas de problèmes, car on connait bien les écluses. Mais sur le Rhône, quand il y a du Mistral ou de la Tramontane, c'est un peu plus problématique, car ce sont des bateaux qui sont sensibles au vent.", ajoute-t-il.

D'ici quelques mois, lorsque le Renoir, avec ses 110 mètres de long commencera à effectuer les croisières, le capitaine Hochard emmènera ses 150 passagers de Paris à Honfleur en 4 jours. Pour lui, l'avantage de ce parcours, c'est qu'il pourra ainsi retourner facilement à son domicile, au Havre. Il retrouvera plus souvent sa femme et ses enfants, ce qui était difficile lors de ses missions antérieures.

Mardi 25 août 1998 - 8h00

Cela fait un mois que je n'étais plus venu au chantier. Que de changements ! Le bateau est presque terminé. Et la première couche de peinture blanche qu'il vient de recevoir en change toute l'apparence.

Soudeur
Cela lui donne une ligne beaucoup plus fine : il a perdu cet aspect pataud que lui conférait le métal brut. On le sent presque frémir, prêt à dévaler vers le fleuve. Ce qui sera d'ailleurs le cas dans quelques jours. La mise à l'eau devrait avoir lieu fin de semaine.

Les 3 helicesDepuis presque un mois, une équipe de l'armateur a rejoint les ouvriers de Beez. A l'intérieur du Renoir, cela s'active de partout.

Les menuisiers ont commencé l'habillage des 78 cabines. Les carreleurs ont presque terminé les murs de la grande cuisine où seront préparés des centaines de repas quotidiens. Les mécaniciens ont placé les moteurs et les hélices à sept pales qui servent à la fois de propulseur et de gouvernail, sans oublier le moteur d'étrave qui permettra au bateau de manoeuvrer plus facilement.

Soudeur

Sur les parois de la coque, les soudeurs s'occupent des dernières finitions. D'ici quelques jours, quand le Renoir s'en ira pour Strasbourg où l'on terminera son habillage intérieur, le chantier paraîtra vide...
Mais pour très peu de temps. Bientôt, commencera l'assemblage de son frère jumeau qui s'appellera finalement "Mistral" et naviguera sur le Rhône



[ Publication précédente | Index des 14 épisodes | Publication suivante ]

[ Page d'accueil et Archives | La photo du jour | Recherche | Vos commentaires | Contact ]

Copyright © 1998 Infographie ciGer s.a./H. Van Rymenam. Tous droits réservés.